La compagnie

La Fondation des ACMH

La Compagnie des Architectes en Chef des Monuments Historiques associée à la Fondation pour les Monuments Historiques soutiennent des étudiants doctorants dont le sujet de recherche concerne l’histoire de l’architecture, la restauration et/ou les techniques de construction et de restauration, et la théorie de la restauration des monuments anciens.

La bourse d’études des Architectes en Chef des Monuments Historiques est ainsi remise annuellement depuis 2018 par un jury composé d’experts, de professionnels de la restauration et de chercheurs.

Le site de la Fondation

Bourse d’études 2018-2019

La bourse des Architectes en Chef des Monuments Historiques pour l’année 2018-2019 a été attribuée à Rafaël-Florian Helfenstein pour sa thèse portant sur « La restauration de la cathédrale de Metz par Paul Tornow, 1874-1906. Genèse d’une théorie et d’une pratique de la restauration » co-dirigée par Philippe Plagnieux et Patrick Ponsot.

Télécharger la notice (PDF)

Ce sujet développe « comme problématique sous-jacente l’étude de l’évolution des théories de la restauration entre la France et l’Allemagne au tournant du XIXe siècle.

L’Annexion de l’Alsace-Moselle par l’Empire allemand reste une période largement méconnue en matière de restauration mais qui présente des cas de métissage au niveau doctrinal très intéressants. En effet, du côté français l’œuvre de Paul Tornow est largement méconnu puisque considéré comme germanique, malgré une continuité indéniable avec les idéaux viollet-le-duciens. Outre-Rhin, c’est d’abord un profond changement dans les théories de la restauration au tournant du siècle, puis la perte en 1918 des territoires annexés, qui ont parachevé l’oubli dans lequel Paul Tornow est progressivement tombé et ce en dépit de l’importance de cette figure de transition entre les aires cultures françaises et allemandes.

Cette recherche doctorale a ainsi pour objectif d’apporter un nouveau regard sur l’œuvre de l’architecte-restaurateur Paul Tornow, dont les liens avec la figure emblématique d’Emmanuel Viollet-le-Duc sont certes indirects, via Paul Boeswillwald notamment, mais certains au regard des premiers travaux effectués dans les archives à l’UDAP de Metz à l’aide du Denkmalarchiv, fonds d’archives de l’Annexion. De plus, Paul Tornow apparaît comme le dernier représentant en Allemagne d’une école historicisante contre laquelle s’est élevée une école se revendiquant comme moderne et conduit par Georg Dehio, professeur d’histoire de l’art à l’université de Strasbourg et Alois Riegl, dont on connait la prospérité en matière de théories de la restauration. Etudier l’œuvre et les théories de Paul Tornow permet ainsi pour la première fois de créer le lien qui unit ces deux aires cultures et qui a largement contribué à façonner une pratique moderne de la restauration. » (Extrait de la lettre de candidature du soumissionnaire, 12/06/2018).