Les architectes

Concours n°8 de 1938, Rang : 72

Architecte diplômé par le Gouvernement, prix du meilleur diplôme (1933), École nationale supérieure des Beaux-Arts, ateliers P. André et Patouillard Demoriane ; diplômé du Centre d’Études Supérieures d’Histoire et de Conservation des Monuments Anciens (1932).

TITRES ET FONCTIONS

Il est nommé Architecte en Chef des Monuments Historiques (1939-1979), chargé de la Dordogne de 1939 à 1974 (à l’exception des vestiges romains de Montcaret), de la Vienne de 1940 à 1947 (à l’exception des fouilles de Sanxay que conserve Formigé), des Ardennes de 1941 à 1952 (mais il garde en mission spéciale l’église St-Nicolas de Rethel). De 1945 à 1974, il est chargé respectivement de la Manche (à l’exception des arrondissements de Cherbourg et des cantons de Bricquebec et de Barneville ainsi que des églises de Carentan et de St-Côme-du-Mont), de la Cathédrale de St-Lô (1948). En 1953, il est nommé adjoint à l’Inspection Générale des Monuments Historiques, chargé des Hautes-et-Basses-Pyrénées, du Lot-et-Garonne, du Gard, du Lot, du Tarn-et-Garonne, de la Haute-Garonne et de l’Ariège. En 1952, il est nommé Architecte en Chef pour l’ensemble du département de la Manche chargé des réparations après dommages de guerre ; puis, en 1957, du Mont-St-Michel, de l’ancienne abbaye de Charroux jusqu’en 1958. Sa mission pour l’Inspection Générale s’étend aux départements des Landes, du Gers, du Tarn, de l’Aveyron (1957) puis des Pyrénées-Orientales, de l’Aude (1962), de !’Hérault, de la Lozère (1964), du Languedoc (1966) et de la Haute-Normandie (1968).
Dans le cadre de la loi-programme de 1968, une mission spéciale lui est confiée sur dix églises romanes en Charente entre 1968 et 1973. Enfin, il est chargé du château d’Hautefort, de l’ancienne abbaye de St-Avit-Senieur en Dordogne, de Notre-Dame de Coutances, de la Cathédrale et de l’église St-Maclou, de l’ancien archevêché de Rouen (1974-1979/81). En 1974, il est nommé Inspecteur Général des Monuments historiques. Professeur d’architecture ancienne à !’École nationale supérieure des Beaux-Arts à partir de 1958.
Professeur et directeur des études au Centre d’Études Supérieures d’Histoire et de Conservation des Monuments Anciens à partir de 1969.

PRINCIPAUX OUVRAGES

En Dordogne (24), restauration des châteaux de Puyguilhem et d’Hautefort (après incendie), de Bourdeilles ; des édifices de Sarlat ; des abbayes de Boschaud, Brantôme, Cadouin ; des églises de Agonac, de Carsac, de Reilhac, de Sergeac, de St-Léon-sur-Vezere, aménagement des grottes de Lascaux et de Fond-de-Caume. Dans les Ardennes (08), les églises St-Nicolas de Rethel, Notre-Dame de Mézières, de Voncq ; le château de Bazeilles ; la place ducale de Charleville. Dans la Manche (50), les églises de St-Lô, Carentan, Valognes, St-Côme-du-Mont ; la collégiale de Mortain ; les abbayes de Lessay, de la Lucerne, de Hambye et celle du Voeu de Cherbourg ; le Mont-St-Michel.

PUBLICATION

Techniques de l’architecture ancienne – Construction et restauration, Éd. Pierre Mardaga, Liège, nouvelle édition, 1986.

DISTINCTIONS

Premier prix Chenavard (1935), médaille d’argent de la Société Centrale, une mention honorable ainsi que deux médailles aux Salons des Artistes français en 1931, 1933, 1935 ; un diplôme d’honneur à l’exposition des Arts et Techniques en 1937, Officier de la Légion d’honneur en 1951, Officier de l’Ordre national du Mérite, membre de l’Académie d’Architecture.

Thèse concours : L'église Saint-Étienne de Beauvais dans l'Oise : le chœur

Inventaire :
Oise / Beauvais / Eglise Saint-Etienne choeur

  • Numéro de versement : 82/60
  • Numéro de carton : 1014
  • Numéro des documents : 16939